Cap sur les énergies vertes !

      

Réseaux_Chaleur_PTE.png

Cap sur les énergies vertes !

Paris Terres d’Envol a fait le choix de valoriser les énergies renouvelables en développant sur le territoire des réseaux de chaleur reliant plusieurs communes, une alternative efficace aux énergies fossiles. 

Il n’y a pas que le gaz et l’électricité pour chauffer nos habitations ! De plus en plus de villes se tournent vers les énergies renouvelables pour alimenter les logements de leurs habitants mais aussi des bâtiments municipaux… Pour les acheminer, les communes peuvent passer par un réseau de chaleur. Il s’agit d’un système de distribution de chaleur produite de façon centralisée et permettant de desservir plusieurs usagers (logements collectifs, locaux industriels, bâtiments communaux, équipements publics…).

Les avantages de ce système sont nombreux : une garantie de stabilité du prix pour les consommateurs (moins fluctuant que le gaz) ainsi qu’une maîtrise des coûts (plus il y aura de bâtiments raccordés, plus le prix sera divisé), une dépendance moindre aux énergies fossiles et un levier efficace pour lutter contre le changement climatique, objectif auquel contribue Paris Terres d’Envol via son Plan Climat-Air-Energie territorial.

Sur le territoire, 11 réseaux de ce type existent. Parmi eux, 3 sont exploités par Paris Terres d’Envol en délégation de service public : Tremblay-en-France, Sevran Rougemont, et Le Blanc-Mesnil. L’EPT a en effet récupéré cette compétence depuis le 1er janvier 2020 pour ces trois villes. Et deux nouvelles communes, Dugny et Le Bourget viennent de les rejoindre. Une étude de faisabilité réalisée en juin 2019 a montré en effet qu’un nouveau réseau de chaleur pourrait être créé entre les deux villes, pour lequel l'Aéroport Paris-Le Bourget se montre d’ailleurs fortement intéressé.

Comment ça marche ?

Si Sevran a opté pour la biomasse (chaleur par combustion du bois), Tremblay-en-France et Le Blanc-Mesnil ont choisi la géothermie. Le principe ? « On creuse un puits pour aller capter la chaleur du sous-sol. On a la chance en Île-de-France de pouvoir utiliser une ressource locale, le Dogger, qui renferme une nappe d’eau chaude située à presque 2000 m de profondeur », explique le service Réseaux de chaleur de Paris Terres d’Envol. Près de 13 130 logements ou équivalents sont ainsi raccordés sur ces trois communes.

Concernant Dugny et Le Bourget, une convention de subvention a été approuvée début mars par Paris Terres d'Envol et la Solideo, société de livraison des ouvrages olympiques des Jeux de Paris 2024, pour la réalisation des ouvrages d'un réseau de chaleur (réseau de distribution enterré et postes de livraison) dans le périmètre du futur Village des médias à Dugny. Cette convention acte la subvention de Paris Terres d’Envol pour ces ouvrages à hauteur de 2 953 000 €. Une première étape verrait l’installation d’une chaufferie provisoire pour le Village des médias en 2024 et déboucherait, à terme, sur l'alimentation en chaleur des villes de Dugny et du Bourget en incluant l’Aéroport Paris-Le Bourget. Objectif de Paris Terres d’Envol : faire bénéficier les usagers raccordés d’un prix 5 % inférieur à celui du gaz. Un investissement de près de 45 millions d’euros est prévu, pour lequel des subventions sont attendues de la part de l’ADEME et de la Région.

Nouveau réseau de chaleur à Dugny et au Bourget

Questions à Dominique Gaulon, adjoint au maire de Dugny.

Pourquoi Dugny a fait le choix de transférer la compétence réseaux de chaleur à Paris Terres d’Envol ?

La ville a une forte volonté de s’engager pour les Objectifs de développement durable de 2030. Elle voulait saisir l’opportunité de la réalisation d’un chauffage par énergie renouvelable pour alimenter le Village des médias de 2024 afin d’en faire profiter l’ensemble des habitants en construisant un réseau de chaleur, de façon pérenne. Le projet est ensuite devenu territorial avec l’envie du Bourget et d’Aéroport Paris-Le Bourget de s’y associer. Au regard de la complexité technique et financière et de l’intérêt territorial d’un tel projet, nous nous sommes tournés vers Paris Terres d’Envol à qui nous avons confié cette compétence début décembre.

Qu’attendez-vous de ce futur réseau de chaleur pour les Dugnysiens ?

Sa construction sera le premier grand pas de la ville en matière d’énergies renouvelables. C’est un projet à long terme, qui devrait aboutir en 2027-2028, et permettra de prendre de l’autonomie face aux énergies fossiles, vouées à disparaître, et probablement d’abaisser la facture de chauffage des Dugnysiens.

Dominique Gaulon est adjoint au maire de Dugny, délégué à l’urbanisme, à l’habitat, au développement durable et à la politique énergétique.

 

terres_denvol_-_infographie_5-1_sans_logo.jpg