MOM, une entreprise quasi centenaire toujours en pointe

dsc_6537.jpg

Remonter l’histoire de MOM alias la « Main d’oeuvre mécanique », c’est remonter l’histoire de l’industrie.

Des machines de plus en plus connectées

En 1927, l’arrière-grand-père de Louis Derangère - l’actuel dirigeant - lance cette entreprise à Paris, dans le 14e arrondissement. Elle fabrique des machines pour créer des contenants. Son grand-père adopte l’innovation électrique alors que son père lance l’automatisation des machines. Quand Louis Derangère reprend les rênes de l’entreprise familiale en 2014, il se lance, lui, dans la digitalisation.

Aujourd’hui, l’entreprise construit des machines de conditionnement pour l’agroalimentaire, la chimie, les cosmétiques et la pharmacie. Des outils de plus en plus connectés. « Désormais, nous pouvons nous connecter aux machines à distance. En temps réel nous pouvons voir comment se comporte la machine, obtenir toutes les données numériques, ce qui permet notamment de voir beaucoup plus facilement où se situe le problème en cas de panne et gagner du temps en réparation » décrit Louis Derangère.

Recrutement local et formation

Implanté à Villepinte depuis 1990, l’entreprise est en contact avec les lycées professionnels du territoire, que ce soit le lycée Robert Schuman à Dugny, Aristide Briand au Blanc-Mesnil, ou Jean Rostand à Villepinte et accueille régulièrement des jeunes en stage ou en apprentissage que ce soit en atelier ou en bureau d’étude. La PME familiale compte 25 salariés.

En 2016, l’usine a été entièrement refaite. L’occasion de créer pour la première fois un vestiaire pour femme à la demande d’un professeur de lycée. Pour la première fois l’an dernier, une stagiaire a été accueillie. Elle est désormais en apprentissage chez MOM et une deuxième stagiaire y a fait ses premiers pas.

Dernière innovation mise en place par le dirigeant : un logiciel de formation à la maintenance industrielle en réalité augmentée. « Aujourd’hui je ne donne plus de plan papier aux jeunes qui viennent en formation chez nous, tout se fait en réalité augmentée et en 3D. Même quelqu’un qui n’a aucune compétence en mécanique, peut voir ce qu’il faut faire pour monter une machine. Cela fonctionne avec nos élèves et cela fonctionne avec nos clients à l’autre bout de la France qui voient comment effectuer les réparations eux-mêmes » ajoute Louis Derangère.

dsc_6481.jpg

Une entreprise citée en exemple

Un succès industriel qui a même attiré plusieurs inspectrices de l’éducation nationale à Villepinte. Elles sont venues s’en inspirer pour adapter la formation industrielle actuellement proposée. Les ministres Elisabeth Borne, Ministre du Travail, de l’Emploi et de l’Insertion, et Agnès Pannier-Runacher, Ministre déléguée chargée de l’Industrie, se sont également rendus à l’usine MOM le 24 janvier 2022.

En novembre 2021, Louis Derangère a même lancé une seconde entreprise, ARVeesio, toujours à Villepinte, destinée à développer cette activité de réalité augmentée. 

mompackaging_visite_ministres.jpeg